Lexique

Retrouvez ici les XXXXX.

Actifs loués ou actifs disponibles à la location.

Ils se déterminent à partir des capitaux propres consolidés.

Le cash-flow courant correspond au cash-flow opérationnel après impact des frais financiers et de l’impôt sur les sociétés décaissé. Le cash flow opérationnel renvoie aux Loyers nets de la foncière, après déduction des frais de structure nets. Le cash-flow courant ne prend pas en compte les résultats non récurrents réalisés.

Parmi les clauses usuelles d’exigibilité anticipée prévues dans les contrats de financement conclus entre les sociétés du groupe et les banques figure le non-respect de certains ratios financiers, appelés covenants.
Les conséquences du non respect de ces covenants sont détaillées dans chaque contrat et peuvent aller jusqu’à l’exigibilité immédiate des encours de crédit.
Les 4 principaux ratios financiers que le Groupe s’est engagé à respecter au titre de ses financements bancaires sont :

  • Ratio LTV : montant des financements engagés comparé à celui des investissements immobiliers financés ;
  • Ratio ICR : couverture des frais financiers par les loyers nets ;
  • Ratio de dette financière sécurisée : montant des financements garantis par des hypothèques ou des nantissements comparé à celui des investissements immobiliers financés ;
  • Valeur du patrimoine consolidé libre : proportion minimale du patrimoine (en % des valeurs d’experts) correspondant à des actifs libres de toute hypothèque ou nantissement.

Taux moyen = (Charges financières de la dette bancaire de la période + Charges financières nettes de la couverture de la période) / Encours moyen de la dette bancaire de la période ;

Taux spot : définition comparable au taux moyen sur une durée réduite au dernier jour de la période.

Encours fin de période des emprunts contractés auprès des établissements de crédit (hors intérêts courus).

Encours fin de période des emprunts contractés auprès des établissements de crédit (y-compris intérêts courus non échus) et de l’actionnaire de référence.

Dette financière brute diminuée de la trésorerie nette.

  • Les loyers comptabilisés correspondent au montant brut des loyers sur la période, prenant en compte, conformément aux normes IFRS, l’étalement des éventuelles franchises accordées aux locataires ;
  • La variation des loyers à périmètre constant fournit une information comparable d’un exercice à l’autre. Le périmètre considéré correspond au patrimoine existant sur toute la durée des 2 périodes considérées, ce qui implique d’exclure un certain nombre d’actifs acquis, cédés, livrés ou démolis au cours de ces 2 périodes ;
  • Les loyers annualisés correspondent au montant brut des loyers en place en année pleine, sur la base des actifs existants en fin de période.
  • Les loyers sécurisés correspondent au montant brut des loyers applicables en fin de période (loyers annualisés) augmentés des loyers relatifs à des baux signés en date d’arrêté et applicables postérieurement.

Le ratio LTV est le rapport entre la dette financière nette et la valorisation du patrimoine (à la Juste Valeur)

Les emprunts hypothécaires prévoient des covenants fondés sur un ratio LTV. La méthode de calcul de ce ratio est dans ce cas propre au contrat de prêt et peut éventuellement différer de la méthode de calcul « groupe » définie ci-avant.

Le nombre d’actions dilué fin de période pris en compte dans le calcul de l’Actif Net Réévalué EPRA est calculé en augmentant le nombre d’actions en circulation en fin de période du nombre d’actions qui résulterait de la conversion des titres donnant accès au capital, ayant un effet potentiellement dilutif.
Pour passer au nombre d’actions dilué, le nombre d’actions en circulation est donc :

  • Diminué du nombre d’actions auto-détenues ;
  • Augmenté du nombre d’actions gratuites attribuées non livrées ;
  • Augmenté du nombre d’actions qui seraient créées à valeur nulle lors de l’exercice des stock-options attribués, en fonction du cours de l’action en date d’arrêté.

Le nombre d’actions totalement dilué pris en compte dans le calcul de l’Actif Net Réévalué EPRA au 31 décembre 2015 s’établit à 9 475 122 actions. Un détail du calcul figure dans l’annexe des comptes consolidés.

Il s’agit de projets en cours de construction à la date de clôture, y compris les immeubles faisant l’objet d’un repositionnement

  • Le taux de rendement effectif est le rapport entre le revenu potentiel global (*) et la valeur vénale brute, droits inclus (patrimoine hors développements et hors réserves foncières) ;
    (*) Pour les immeubles sujets à une vacance locative, le revenu net constaté est augmenté de la valeur locative de marché des locaux vacants
  • Taux de rendement EPRA (Net Initial Yield EPRA) : Loyer fin de période annualisé, y compris les aménagements de loyer en cours, net des charges, divisé par la valeur vénale du patrimoine, droits inclus ;
  • Taux de rendement EPRA topped-up (Net Initial Yield EPRA topped-up) : Loyer fin de période annualisé, après réintégration des aménagements de loyer en cours, net de charges, divisé par la valeur vénale du patrimoine, droits inclus.

Le résultat net récurrent est défini comme le résultat net IFRS provenant des activités courantes et récurrentes.

Le résultat net récurrent EPRA est défini comme le résultat net provenant des activités courantes.

  • Taux de vacance EPRA : il correspond à un taux spot fin de période défini comme le ratio entre le loyer de marché des surfaces vacantes et le loyer de marché de l’ensemble du patrimoine en exploitation (hors développements et redéveloppements) ;
  • Taux d’occupation financier sur les immeubles en exploitation : il correspond à un taux spot fin de période concernant les actifs en exploitation et se calcule selon la formule suivante : loyers sécurisés annualisés / (Loyers sécurisés annualisés + Loyers potentiels)(les loyers potentiels correspondant au produit des la valeur locative de marché au m² par les surfaces vacantes (hors vacance stratégique))

Cette indication fournit une information comparable d’un exercice sur l’autre. Le périmètre considéré correspond au patrimoine existant sur toute la durée des 2 périodes considérées, ce qui implique d’exclure un certain nombre d’actifs acquis, cédés, livrés ou démolis au cours de ces 2 périodes.